À propos

Musicien français d’origine Armeno-Libanaise, Mathias Wallerand commence le saxophone à la Maison Populaire de Montreuil dès l’âge de 11 ans.

Sa vocation musicale s’amplifie lors d’un voyage au Mali à l’âge de 17 ans durant lequel il participe à des rencontres au centre des arts de Bamako avec le saxophoniste Tidiani Koné, l’orchestre du Rail Band ou encore la chanteuse Fantani Touré.

Il poursuit ses études en saxophone, arrangement et composition au Conservatoire Nadia et Lili Boulanger à Paris, à l’université Paris VIII ainsi qu’au Conservatoire de Montreuil.

Il s’est principalement formé auprès de Stephane Payen (saxophone) , André Villegier (saxophone), Pierre Bertrant (arrangement), Malo Valois, Emil Spanyl (harmonie), Yves Torchinsky et se perfectionne en parallèle au coté de Bob Mintzer (arrangement), Dave Liebman (saxophone), Steve Coleman (saxophone, composition), Pierre de Betmann (composition), Benoit Delbecq (composition), Guilaume Orti (saxophone), Marc Ducret (composition), Fabrizio Cassol (Composition et saxophone).

Actuellement Professeur de saxophone au Conservatoire César Franck de Senlis.

Mathias Wallerand est un musicien compositeur à la recherche d’une expression libre et personnelle. On le retrouve sur les scènes de musiques actuelles et en jazz au niveau international.

Il explore les nouvelles matières sonores au saxophone et dans l’écriture en parallèle de son activité jazzistique.

Très attiré par la musique assistée par ordinateur, il a sorti deux disques dans son projet TOWBLOW « Live Robots » au printemps 2018 et « Sonatina Machina » au printemps 2017 autour de cet axe de recherche https://towblowmusic.com

On le retrouve dans différents univers qui mélangent jazz, musiques du monde, musiques électroniques et musiques actuelles.

Imprégné par ses racines issues du Moyen-Orient, il a la volonté de les lier à sa musique.

En octobre dernier 2017 il a participé à une série de concerts au Canada autour de la thématique du Moyen Orient avec le projet « Oriental Blue » du guitariste Samuel Bonnet.